Guree, chaman mongol

 Guree et Nara reviendront en septembre

Guree est un chaman mongol bouriate depuis 19 ans.  Il a été le disciple d’un des derniers maîtres chamans bouriates qui n’ont pas été coupés de leur tradition ancestrale..

 

Lors de conférences  il nous explique entre autres, avec beaucoup d’indulgence, la nécessité d’être mieux informé sur la connexion avec les esprits et le monde invisible, de la puissance que prennent les chamans français actuellement et des risques pour eux comme pour les autres d’appeler des esprits sans protocole ni protection.

Présentation de Guree plus bas

Nara est sa guide et son interprète. Sa connaissance du chamanisme mongol nous permet d’avoir une traduction juste et accessible. 

Elle a créé,  il y plusieurs années, une agence de voyages et organise de magnifiques voyages à la rencontre des chamans. Nara a été la guide et l’interprète de Corinne Sombrun

Renseignements sur les voyages

Il est fortement recommandé de le rencontrer si

  • vous avez des douleurs inexpliquées par la médecine ou une maladie auto-immune,
  • vous sentez des interférences dans votre vie ou des impressions inexplicables,
  • vous pensez que vous êtes « chaman » ou si vous faites des soins ou autres pratiques qui impliquent les esprits ou l’invisible,
  • vous faites des soins avec le tambour,
  • vous avez des blocages d’énergie, un manque de fluidité dans les événements ou un manque d’énergie important…..
  • et pour d’autres raisons qui demandent éclaircissement et nettoyage…

Il a la faculté de « voir » et de recevoir l’information de votre âme, de vos guides et d’amener un éclairage, une guidance, une solution ou une guérison.

Renseignements :  plumesdelaigle@gmail.com

Témoignages

Bonjour Carol, et tous ceux qui ont fait venir et accueilli Guree et Naara,
Je désire remercier Guree, comme je le remercie chaque jour pour les quelques paroles essentielles que j’ai reçues  et qui continuent de m’habiter, depuis ce 1er novembre 2017, jour du soin. J’ai la sensation d’avoir été nettoyée en profondeur, réalignée avec fermeté; j’ai beaucoup plus d’énergie pour accomplir tout ce que j’ai à faire. Je suis sortie des griffes d’une malédiction qui pesait sur ma lignée et mes enfants depuis plusieurs générations. Et désormais, j’ai la sensation d’être comme pilotée, guidée  et surtout aidée à  avancer avec joie dans cette vie-là , avec uns sorte de liberté intérieure que je ne connaissais pas.
Carol, c’est un tellement grand cadeau que vous nous faites d’inviter cet homme à  venir si près de chez nous !   S


les 2 ont changé ma vie , en tout cas dissipé le fardeau passager au-dessus de ma tête 🙂
merci.  J

….Oui oui, je vais diffuser l’info à  tous mes contacts, tellement une magnifique rencontre, j’ai tellement progressé depuis ma rencontre avec Guree que je la diffuse à  tous ! M.

Présentation de Guree

C’est à partir de l’âge de 7 ans que je commençais à me connecter à l’invisible. Je restais serré à la taille de ma mère pour me calmer lorsque j’avais peur. Elle me demandait de fermer les yeux mais par malheur, même avec un tissu noir sur le visage, je continuais à voir tout ce qu’elle ne voyait pas.

Il m’était interdit de lire à haute voix en présence de mon père qui se jurait de ne pas me faire marcher sous l’ombre d’un chaman. Sa foi dans le bouddhisme lui refusait d’évoquer le monde invisible !  Il est décédé lorsque j’avais douze ans et nous n’avons jamais su la cause de sa disparition. J’aurais dû être connecté avec mon esprit cette année-là !

Ma mère était consciente de ce que son destin lui réservait !  Elle savait que mon esprit me suivait comme l’avait suivi celui de son grand père. Elle savait ce que cette lourde charge représentait pour un être humain destiné à être chaman. Elle voulait me décharger de cette tâche pour mieux me préserver.

À partir de l’âge de 16 ans, juste demeurer auprès de ma mère était devenu impossible. Je côtoyais constamment l’invisible. Vivre dans les deux mondes avec ce corps humain me paraissait au-dessus de mes forces. J’ai voulu fuir ma vie de jeune garçon et cette présence maternelle qui désirait trouver un monde meilleur sans le monde d’en haut ! 

En 1999, j’ai été appelé par ma mère qui venait de tomber gravement malade.

Je me trouvais à son chevet : « Tu es et tu seras la personne qui aidera les gens souffrants. J’ai essayé de t’épargner ce destin autant que je pouvais. Mon départ de ce monde approche. Quarante-neuf jours après mon décès, tu dois aller voir le vieux chaman Tseren. C’est lui qui te guidera vers ton chemin du futur ! »

Ses derniers mots, les quarante dernières minutes de sa vie, résonnèrent comme un ordre pour le fils que j’étais ! En ravalant mes larmes, je pris le chemin pour rencontrer ce Tseren. J’allais devenir son élève ! 

Mon maître fit partie des ultimes chamans disciples du dernier grand maître, fusillé pendant les persécutions religieuses. Son jeune âge le sauva mais ne l’empêcha pas d’être fait prisonnier à deux reprises. Il s’éloigna du village ! Aller à sa rencontre exigeait de traverser douze rivières au pied des montagnes. Vers la fin de sa vie, son esprit lui accorda de transmettre sa connaissance et nous fûmes les premiers à être initiés.

Ce n’était pas une tâche facile de suivre son enseignement et vivre dans deux mondes parallèles. Avant de me connecter à mon esprit, je devais être armé de bienveillance envers les gens et d’humilité face à l’existence. 

Il était caractériel ce maître ! Ses colères et ses punitions faisaient la sélection dans les rangs de ses disciples !

Nous étions une dizaine d’élèves à courir habillés en vêtements de chaman en portant notre tambour ; parfois sous les coups de fouet ! Il pouvait nous demander d’aller vivre dans la forêt sans rien. Il nous apprenait à être l’esclave du monde des gens qui nous entoure !

Ce don qui nous est accordé pour un temps peut repartir comme il est venu si nous ne pouvons pas maîtriser notre ego. Lui seul nous ouvre les portes de ce sixième sens qui va nous connecter à notre esprit !

Je suis resté près de mon maître pendant plus de six ans. 

Comment se passe mes soins ? D’abord, je rencontre la personne pour faire une lecture de son corps énergétique. Je vois son passé et son futur défiler comme sur un écran.

Si le corps énergétique est blessé, j’en vois la cause et le rituel de soin à effectuer. Je suis en mesure de réparer ce qui doit être réparé. J’ai appris auprès de mon maître comment guérir les personnes désorientées !

L’une des grandes forces et différences d’un chaman bouriate, c’est de savoir nettoyer des mauvais sorts sans offenser personne !

Une femme gravement malade est venue me voir un soir avec son mari. En tant que chaman, j’avais dit à cette femme qu’elle allait guérir contrairement à son mari qui allait avoir une grave maladie !

Deux ans après, je reçu un appel téléphonique m’informant du décès de son mari d’un cancer du poumon ! Elle regrettait de ne pas m’avoir cru ! 

Aujourd’hui, je travaille également pour mieux préparer les vrais chamans. Avant de les aider à se connecter à leur esprit, je les débarrasse des mauvaises énergies qui les suivent comme des mouches. Plus un Être est destiné à être chaman, plus il est suivi par de mauvais esprits !  Je leur apprends à discerner les bons des néfastes ! Un monde sans esprits pervers n’existe pas ! On doit juste à apprendre à les manier !

Il est parfois curieux de discuter avec ces mauvaises énergies pour libérer la personne !

DAGVA « Guree »

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *